Jardinage naturel

Les produits phytosanitaires utilisés dans le jardinage sont loin d’être sans danger pour l’environnement. Ce sont les mêmes molécules utilisées par les professionnelles dont l’utilisation est soumise à des règles très strictes. Les produits chimiques causent des problèmes environnementaux, notamment sur la pollution de l’eau mais aussi de l’air, du sol et impactent négativement sur la biodiversité. Les produits phytosanitaires entraînent aussi des problèmes de santé publique. On peut tous agir à notre niveau en supprimant l’utilisation de ces produits et en adoptant le jardinage au naturel.

C’est pourquoi la loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, adopté le mercredi 22/07/15, a travers  l’article 68  modifie la loi dite « Labbé » (Loi n°2014-110 du 06/02/2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national), interdira pour les particulier,  la vente en libre-service des produits phytosanitaires à partir du 01/01/2017 et l’interdiction d’utilisation à partir du 01/01/2019.

Le texte de loi est consultable dans son intégralité ici.

Alors pourquoi ne pas commencer tout de suite à changer ses pratiques ?

Pour cette raison, nous accompagnons les particuliers qui le souhaitent dans l’optimisation de leurs pratiques de jardinage avec la charte habitants.

Jardinage au naturel ça coule de source

 

La charte jardinerie quant à elle permet aux enseignes de jardinage de proposer produits et conseils alternatifs aux pesticides.


Jardiner autrement : les bonnes pratiques par FranceEcologieEnergie

Le saviez-vous ?

EA-jardinage-schema-pollution-250x350o Parmi les produits phytosantaires présents dans l’Erdre, on retrouve 72% d’herbicides, dont certains interdits depuis plusieurs années (utilisation frauduleuse ou rémanence du milieu),

o A surfaces comparables, l’impact des pesticides utilisés chez des particuliers est 30 à 40 fois plus important que lorsqu’il est utilisé pour agriculture mauvaises utilisations des produits, utilisations sur sols imperméables),

o Les granules bleues anti-limaces contenant des métaldéhydes posent de plus en plus de difficultés dans le traitement de l’eau potable.

o Aujourd’hui, pour protéger la santé des habitants, lorsqu’un professionnel utilise du désherbant chimique, la zone doit obligatoirement être fermée au public pendant 6 heures à minima. On retrouve les même molécules dans les produits phytosanitaires vendus pour les particuliers…

 

 

o En 2019, les particuliers ne pourront plus utiliser de produit phytosanitaire. Alors pourquoi ne pas modifier ses pratiques dès maintenant ?

o Depuis 2010, il est strictement interdit d’appliquer phytosanitaires à proximité des points d’eau même à sec,( à moins d’1 mètre des fossés et directement sur les avaloirs, caniveaux et bouches d’égouts) sous peine de poursuites (jusqu’à 75000€ d’amendes, 2 ans d’emprisonnement). (voir arrêté préfectoral)

o Le Diuron fait partie des molécules chimiques retrouvées dans l’eau de l’Erdre et de ses affluents. Son utilisation dans les herbicides est interdite depuis 2008 mais on la retrouve encore dans les produits de nettoyage de façade et de toiture (anti-mousse, algicides, peinture antifouling) !

En savoir plus

Jardiner autrement , un site et un forum pour jardiner plus nature

Jardiner au naturel, un site pour informer des dangers des pesticides et présenter les solutions alternatives pour les jardins et les communes.


▲ Haut de page