Historique

Entente pour le Développement de l'Erdre Navigable et Naturelle (EDENN)

Depuis plus de vingt ans, l’Entente pour le Développement de l’Erdre Navigable et Naturelle (EDENN) anime la reconquête de la qualité des eaux et de la biodiversité de l’Erdre, à l’échelle de son bassin versant. Ce territoire naturel couvre 53 collectivités sur les départements 44 et 49, d’où l’intérêt d’une structure de coordination et d’animation pour mettre en œuvre les actions nécessaires à sa préservation. Structure référente du Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) Estuaire de la Loire, elle a pour objectif de préserver ce patrimoine commun et d’y retrouver une eau saine pour l’être humain et favorable à la biodiversité. L’EDENN mène donc des actions qui relèvent de trois thématiques : la biodiversité, l’eau, les usages. Les collectivités et leurs territoires bénéficient de l’expertise et de l’accompagnement de l’EDENN avec des financements préférentiels ; cette aventure collective donne déjà des résultats, comme sur le « zéro phyto » en zone non agricole.

EDEN, avant 2008

ancien_logo_edennCréée en 1990, l’Eden (Entente pour le développement de l’Erdre navigable) était initialement une association fondée dans le but de coordonner les usages de l’Erdre navigable. Elle regroupait alors les sept communes concernées par cette problématique de navigation : Sucé‐sur‐Erdre, Carquefou, la Chapelle‐sur‐Erdre, Nantes, Nort‐sur‐Erdre, Petit‐Mars et Saint‐Mars‐du‐Désert, ainsi que le Département de Loire‐Atlantique.  Une des actions importantes de l’époque a été l’animation du transfert de l’activité de ski nautique vers le plan d’eau d’Abbaretz.

Progressivement, la structure se développe et s’occupe de missions plus larges autour de la qualité de l’eau et de la préservation des milieux ; elle devient un syndicat mixte en 1997 lui conférant de la sorte le statut d’établissement public. Ce nouveau statut érige l’Eden en tant qu’opérateur local du site Natura 2000 des marais de l’Erdre et lui confère également les compétences en termes de travaux de restauration de cours d’eau.  Des travaux de restauration de douves (par voie d’eau) sur l’Hocmard, ainsi que l’arrachage de jussie sont concluants. En 2002, une interdiction totale des pratiques nautiques sur l’Erdre est imposée par l’Etat, en raison de développement excessif de cyanobactéries toxiques. L’Eden joue le rôle de médiateur pour trouver un système gradué, afin d’autoriser la continuité de certaines pratiques (compétition), en fonction du risque toxique. Cette grille a d’ailleurs été déployée par les autorités sanitaires, au niveau national. De plus, l’Eden réalise pour le compte des l’ensemble des collectivités, une étude scientifique afin de mieux connaître le phénomène d’eutrophisation et définir les actions à engager pour le limiter.

EDENN, après 2008

logo-footerEnfin, en 2008 l’Eden devient l’EDENN avec l’ajout de la notion de « naturelle » à son intitulé. Elle obtient le statut de structure référente du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Estuaire de la Loire qui se met en place, avec pour mission l’animation du SAGE à l’échelle du bassin versant. De plus, sa zone d’intervention dépasse celle de l’Erdre navigable, établissant ainsi l’EDENN comme la structure institutionnelle du territoire de l’Erdre de sa source jusqu’à sa confluence.

Lors de cette réorganisation, la compétence travaux devient optionnelle. Le syndicat mixte est une structure de conseil et d’animation tout en restant coordinateur dans la relation avec la Région et l’Agence de l’eau pour les subventions. Fin 2011, l’EDENN est désignée opérateur local du site Natura 2000 de Vioreau, en plus du site des marais de l’Erdre.

Depuis 2008, l’EDENN est un syndicat mixte ouvert de bassin versant, auquel adhéraient le Département 44, Nantes Métropole, les Communauté de Communes d’Erdre et Gesvres (CCEG) et du Pays d’Ancenis (COMPA), la commune de Saffré. Il assure proximité, cohérence et gouvernance locale à l’échelle du bassin versant Erdre. Il est chef de file des contrats de bassin versant sur l’Erdre et animatrice des 2 sites Natura 2000. La mutualisation des moyens à cette échelle est performante (exemple du suivi sanitaire). C’est l’outil opérationnel du SAGE Estuaire de la Loire, pour la mise en œuvre des actions et ainsi l’atteinte des objectifs.

EDENN, nouvelle structure depuis 2018

Membres de l'EDENN au 01/01/2018

Membres de l’EDENN au 01/01/2018

La gouvernance de l’EDENN a évolué au 1er janvier 2018: les élus depuis la source en Maine et Loire jusqu’à la Loire se fédèrent pour l’avenir de l’Erdre

La création de la compétence « Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations » (GEMAPI) introduite par la loi n° 2014-58 du 02 janvier 2014 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles (MAPTAM) et son attribution aux EPCI-FP, ainsi que la suppression de la clause de compétence générale des Départements inscrite dans la loi de Nouvelle organisation territoriale de la république (NOTRe) induisent une évolution globale de la gouvernance du grand cycle de l’eau.

Ces évolutions législatives ont amené :

  • d’une part les EPCI-FP à se positionner vis-à-vis de l’exercice de la compétence GEMAPI,
  • et d’autre part le département de Loire-Atlantique à se retirer du syndicat pour se recentrer sur ses compétences propres.

Compte-tenu des incidences du retrait du département de Loire-Atlantique sur la gouvernance de l’EDENN et des questionnements des EPCI-FP sur l’exercice de la compétence GEMAPI, les membres de l’EDENN ont initié une réflexion sur les années 2016 et 2017 pour définir une nouvelle organisation des missions associées au grand cycle de l’eau sur l’ensemble du bassin versant de l’Erdre (au-delà du périmètre situé en Loire-Atlantique) et une stratégie commune pour ce territoire.

Il ressort de ces échanges politiques une volonté des EPCI-FP situés sur le bassin de l’Erdre de s’organiser à l’échelle de l’ensemble du bassin versant pour assurer des missions visant la reconquête écologique des milieux aquatiques et humides, le suivi de la qualité des eaux, la médiation lors de conflit d’usages sur la voie d’eau et l’animation de cette dynamique collective, composée d’élus, associations, services de l’Etat et personnalités intéressées à la gestion intégrée de l’eau. Leur initiative s’inscrit plus globalement dans la perspective d’une amélioration de la qualité des eaux allant jusqu’au « bon état » des eaux et milieux aquatiques. Elle répond ainsi aux enjeux importants que définit pour ce secteur le SAGE Estuaire de la Loire.

Dans cette perspective, les EPCI-FP du bassin versant de l’Erdre souhaitent continuer à fédérer leurs efforts au sein d’un syndicat mixte dédié à ces enjeux, en élargissant le périmètre de l’EDENN à l’ensemble du bassin versant de l’Erdre sur les départements de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire.

Cela se traduit par la fusion du Syndicat intercommunal de l’Erdre en Maine et Loire avec l’EDENN, au 1er janvier 2018. Cette fusion était réclamée par les élus depuis 2008 : il aura fallu presque 10 ans pour y parvenir.

Cette coopération collective politique sur un projet ambitieux contribue à préserver notre belle rivière, l’Erdre, dans l’intérêt de tous les habitants et acteurs du bassin versant.